dimanche 27 novembre 2011

SICILE Pépites


C'était durant notre séjour aux environs de Palerme.
Nous avions posé nos valises dans une  azienda oléicole  du Villagio Sommariva.
Un endroit et des moments de partage qui resteront gravés dans ma mémoire, je pense,à jamais.
Ce matin là Domenico le propriétaire des lieux avait décidé de nous faire découvrir un fromage typique de sa région.
Juste pour m'aider à atteindre le chiffre supérieur de la balance,ce à quoi pourtant je m'appliquais consciencieusement aidée par les cannolli.




Nous devions le retrouver lorsque nous serions prêts derrière la maison ,





il serait entrain de cueillir des oranges




pour le marché de Palerme  du lendemain matin.
En passant sous l'auvent je vis qu'il avait déjà bien travaillé il n'était pourtant pas beaucoup plus tard que huit heures,les citrons




à destination de Paris emplissaient quelques caisses.
En sortant de la propriété nous avons parcouru quelques kilomètres vers la montagne surplombant la baie de Palerme.
Au bout d'une dizaine de minutes nous nous arrêtions devant une sorte de bergerie.
Domenico menait la marche
"No cheese today"
Je regardais autour de moi sans trop comprendre,ne voyant personne.
En m'approchant je découvris simplement une sorte de marmite de cuivre dépassant d'un support de briques 




au fond de laquelle restait ce que je comprenais être du petit lait.
Devant mon air interrogatif Domenico nous expliquait que lorsqu'il y avait du fromage il était simplement posé là.Il suffisait de se servir et de laisser de l'argent.
En repartant nous vîmes le berger (82 ans) 




descendre de la colline d'en face.Il nous expliqua que le vétérinaire étant passé un peu plus tôt,avait tout emporté...
Nous repartîmes un peu plus loin.
Là cela ressemblait davantage à nos étables en France.
C'était l'heure de la traite du matin et de la tétée des veaux .
Je me retrouvais plongée des années et des années en arrière dans mon village,lorsque le soir de temps en temps lorsque nous avions besoin de lait il suffisait d'attraper le pot en fer blanc et d'aller dans une des fermes au moment de la traite.
J'ai tout retrouvé,les odeurs,le bruit du lait qui gicle dans le seau




,le mouvement régulier,rythmé en cadence des mains du fermier geste que je n'ai jamais réussi à imiter!
Les jambes des vaches attachées afin de se protéger d'un mauvais coup





Le lait fumant







 que l'on transvase dans le grand bidon





Toutes ces images dont maintenant en France nous n'avons plus que des souvenirs,quasiment disparues à cause de règles d'hygiène draconiennes et de la modernisation.
Là non plus,pas de fromage!
Domenico un peu dépité se proposait de nous faire un peu découvrir la petite ville voisine de sa propriété
Cela en faisait deux maintenant que j'étais obligée de suivre au pas de course




Ce sera peut-être une autre histoire


Domenico est le fils de Giulia Sommariva journaliste très connue qui a écrit de nombreux livres sur Palerme qu'il m'a gentiment prêtés durant tout notre séjour
Il est tout juste âgé de trente ans
Il y a dix ans il a repris la ferme de sa grand-mère qui était abandonnée.
Il  y vit sa passion,produire de l'huile d'olive(je vous en reparlerai)des agrumes verts,des oranges, caroubes,kakis.
Vous dire qu'il gagne bien sa vie....
Mais la joie,l'amabilité,la gentillesse qui émanent de cet adorable garçon..... et de sa ravissante compagne Caterina
Indescriptibles.


Pour ceux qui comprennent l'italien ,vous découvrirez ici un peu des écrits





  de Giulia Sommariva.
Ceux qui connaissent Palerme reconnaîtront au début les jardins de la Villa Giulia

42 commentaires:

  1. La vie d 'aujourd'hui nous prive et surtout prive nos enfants de tous ces plaisirs simples et généreux.J'ai eu la chance de partager la vie d'une petite ferme( quand j'étais en Belgique, dans ma famille), j'étais tellement fascinée par la blancheur du lait, l'onctuosité du beurre fait maison, la crème...si soyeuse que j'avais décidé , non pas de devenir fermière ( ce qui a bien failli se produire quand même au grand dam de ma grand-mère)mais bien crémière.C'était décidé ,plus tard, j'ouvrirais une crèmerie..et je vendrais du beurre à la motte. C'est bon de vous lire, Françoise..et ce pour toutes sortes de raisons...
    Bon dimanche!
    Danielle

    RépondreSupprimer
  2. C'est bon de te retrouver, toutes ces photos quel bonheur, quel régal !
    Ton oeil toujours aussi exercé à remarquer le moindre détail !
    Remonter dans le passé proche, ta série des chaussures sous les robes de mariée, ohlala les goûts et couleurs, quelle partie de rigolade.
    Quant au bolduc, même si c'est la mode cette année, je n'aime pas du tout !
    Enfin tout le charme de tes premières photos en Sicile, cette vie simple qui me fait rappeler celle en Corse, heureuse de savoir que ces moments t'ont apportée tant de plaisir !
    Je t'embrasse
    Danielle

    RépondreSupprimer
  3. C'est notre journée de coïncidences, Françoise, après Monnet, voici Palerme : à midi, Jean me disait "je t'emmène à Palerme pour ton anniversaire".
    Très belle soirée à toi !
    Norma

    RépondreSupprimer
  4. Je comprends ton enthousiasme, je t´ai lue avec envie.
    Bravo, j´entends ta musique maintenant avec mixpod.
    Car Deezer ne sert plus l´Espagne et peut-être d´autres pays aussi.

    Bonne soirée

    RépondreSupprimer
  5. ce jeune homme est plein de courage et de passion ....
    merci pour ce si joli partage !!

    RépondreSupprimer
  6. Ciao Françoise, che posto magnifico. Mi sono ascoltato tutta la trasmissione in italiano e (lol) nessuna difficoltà per capire.
    Inutile dire che le tue foto sono molto belle e che prendono del rilievo con il testo che le accompagna. Sai si dice sempre che i siciliani sono delle persone chiuse in sè stesse, ma non è vero. Si chiudono come un istrice verso le persone che non sono cortesi e che credono di avere ogni diritto, pur essendo ospiti. Penso che con la tua delicatezza nei confronti degli altri tu possa ben essertene accorta.
    Un'ultima cosa : potresti mandarmi via gmail (cliccare sulla mia caricatura nel mio blog) l'indirizzo del posto dove avete alloggiato e cioè quello delle prime foto? Ti ringrazio in anticipo.

    RépondreSupprimer
  7. Quel magnifique billet, je retourne en Sicile dans quelque temps, donc, je vais mettre "sous le coude" ces précieux renseignements. Vous me faites revivre là mes années de jeunesse, effectivement en voyant ces photos et vos explications, tout revient d'un seul coup. Ces moments là, on ne les oublie pas. Vous avez dû avoir des échanges grande qualité.
    Bravo et Merci l'artiste.
    Françoise.

    RépondreSupprimer
  8. Danielle comme vous êtes gentille.
    Et combien vos phrases me glissent à l'oreille de continuer ces pages que j'ai toujours plus ou moins envie d'arrêter,tant parfois je les trouve futiles,surtout en ce moment et comme vous l'avez connu vous aussi la reprise est dure...
    Vous m'avez bien fait rire avec votre historiette!
    J'imagine la tête de ma grand-mère si je lui avais dit que je voulais être crémière....
    Bien qu'il n'y ait pas de sots métiers,le principal étant d'être bien dans sa tête et dans sa peau.
    Je regrette comme vous que la vie d'aujourd'hui prive les générations à venir de ces découvertes qui sont une leçon de choses comme cela s'appelait autrefois à elles seules.
    Et qui n'ont pas besoin de beaucoup d'explications
    Bon lundi Danielle,bien gris ici,mais comme mon bureau croule sous les dossiers cela ne me gênera pas beaucoup!

    RépondreSupprimer
  9. Merci à toi aussi Danielle de tes gentils mots.
    Je suis un peu dépassée par les évènements j'ai perdu le rythme et viens à peine de finir le tour des blogs .
    Je ne sais pas si le bolduc est à la mode mais toujours est-il qu'il plait à une certaine catégorie de gens qui préfère en jeter à bord d'une longue limousine place de la Concorde qu'avec une retombée d'orchidées fraîches dans le bouquet!!!!
    Je pense pouvoir dire que la vie est beaucoup plus simple en Sicile qu'en Corse du moins ce que j'ai pu en constater.
    Les salaires sont très bas,et je ne suis pas certaine qu'en Corse ils arriveraient à vivre avec cette somme.
    Je n'en dirai pas plus!
    Le plaisir que tu as décelé il est incommensurable,un dépaysement total,ne penser à rien,que de la nouveauté ,seuls presque partout,seul avec soi même ce qui m'a fait énormément de bien j'avais besoin de cela surtout d'oublier un temps,d'être avec des gens en dehors de ma vie...
    Je t'embrasse

    RépondreSupprimer
  10. Que de souvenirs ce bille m'évoquent l'Italie est magique et la Sicile est une destination dont je rêve
    Ah cueillir un citron ou une orange sur l'arbre ...
    j'ai souris en voyant les images de la récolte du lait, ayant vécu des années en Haute savoie il m'arrivait le matin très tôt d'aller faire des soins dans les étables qui ressemblaient à celle ci, depuis les normes européennes sont passées par là et ont mis bon ordre à l'allure des étables en créant des fromages banalisés sans goût mais ...Propres

    RépondreSupprimer
  11. Norma je ne veux pas "casser" ton plaisir,mais Palerme n'est pas l'endroit que j'ai préféré.
    Si j'ai un conseil à te donner c'est de bien préparer ton emploi du temps,je dis bien ton emploi du temps je ne parle pas de séjour.
    La vie s'arrête en Sicile de 13h à 16h,tout est fermé (sauf les musées ) y compris les églises et à partir de 17h tu as les rosaires en boucle,pour ma part je ne me sens pas de faire le badaud pendant le rosaire dans les églises
    Attention aux horaires indiqués sur les guides qui hors saison ne veulent rien dire!!!
    Deux incontournables à mon avis la Chapelle Palatine,la Galerie régionale
    Et Monreale bien sûr...
    Si tu es très riche offre toi la visite du Palais Gangi (620€ la visite,tu trouves 18 autres comparses (ils n'acceptent pas plus de 20 personnes) ainsi cela en diminuera les frais!!!!!!)

    RépondreSupprimer
  12. Alba toi qui me connais bien je ne t'ai pas surprise .
    Tu te doutais que ce genre de rencontre ferai mon bonheur et mon enthousiasme.
    Comme quoi il ne m'en faut pas beaucoup finalement
    Bonne journée

    RépondreSupprimer
  13. Oui Calou vraiment plein de courage,car je peux t'assurer qu'il travaille beaucoup.
    Le samedi il est parti à 6h au marché de Palerme vendre ses oranges et son huile,revenu à 14h avec 180€ dans la caisse.....

    RépondreSupprimer
  14. Elio peut-être ai-je un don qui fait que les personnes se livrent un peu avec moi,mais franchement je n'ai pas trouvé que les Siciliens soient fermés.
    C'est vrai que je suis plus attirée par ce genre de vie et de découvertes que par les "virées" exotiques.
    Promis je t'envoie très rapidement les renseignements demandés.
    Attention nous n'étions pas dans un palace ce n'est pas notre idée,nous voulions du partage,du calme,du vrai
    Je ferai certainement un billet sur cet hébergement au charme fou,sans luxe,mais tellement chaleureux
    Bonne journée

    RépondreSupprimer
  15. Françoise je peux si vous le souhaitez vous donner d'autres renseignements.
    Je me méfie de plus en plus des guides,même du Guide du Routard qui je trouve tombe lui aussi dans le commun,je me fais mon propre guide en fouillant et lisant beaucoup avant de partir.
    Je vous conseille de lire ou relire Voyage en Sicile de Vivant Denon,on le trouve aux éditions du Promeneur.
    Vous lirez sous peu un billet qu'un chapitre de cette lecture m'a inspiré.
    Bonne journée

    RépondreSupprimer
  16. Dominique assouvis ton rêve,surtout n'hésite pas.
    Une richesse culturelle incroyable.
    Je suis certaine que tu aimeras.
    Si tu en as la possibilité vas-y hors saison bien sûr tu ne pourras peut-être pas tout voir mais tu seras tranquille.
    Lorsque nous avons visité la Chapelle Palatine nous étions seuls!
    Et ce fut souvent le cas.
    Ah les fromages propres!!
    Et sans goût...
    Ils ne nous empêchent pas d'attraper des cochonneries et de plus en plus puisque nous ne sommes plus immunisés!
    Pour ma part je mange (lorsque je me fais un petit plaisir)toutes les croûtes de fromage,ma préférée celle du cantal et du vieux ,pas de l'entre-deux qui est fait pour ceux qui n'aiment pas le cantal.
    Le cantal et la confiture de poires ou de fraises....
    Un jour je me suis amusée à regarder la croûte au microscope ,cela grouillait dans tous les sens je comprends pourquoi je ne suis jamais malade!!!
    Tu peux ajouter (sic)
    Bonne journée

    RépondreSupprimer
  17. J'ai connu aussi l'époque du lait que l'on allait chercher à la ferme le soir et quelquefois la traite n'était pas terminée .. On faisait des gâteaux à la peau de lait. Sensations oubliées depuis longtemps et que tu ravives d'un coup, merci.

    RépondreSupprimer
  18. Il est écrit que nous irons sur les pas de Tancrède de Hauteville... J'oserai te demander quelques adresses !
    L'odeur du lait frais, je l'ai connu il y a encore quelques années dans la ferme voisine, dans mon petit pot de lait de fer blanc... Alors chercher son lait en parlant italien... Dis moi, le sicilien est-il proche de l'italien ?
    Je vois que cette escapade t'a fait un bien fou, super !
    Bonne fin de journée !

    RépondreSupprimer
  19. Et le plaisir de vous retrouver...
    Au creux de votre billet, le respect du travail des Hommes. Lorsque travailler avait du sens, et que l'on ne parlait ni de subprimes, surendettement et autres tortures économiques très à la mode.
    "Le petit jour, se déshabille,
    je viens de rentrer de la ville,
    le coq a sonné le clairon,
    il est six heures au carillon..."
    La simplicité, dure, âpre parfois, mais au bout, le travail bien fait, la liberté aussi sans doute.
    Votre regard est une éponge, qui sait capter les craquelures des vernis modernes.
    Merci pour ce moment d'hier, au coeur d'aujourd'hui.
    Je vous embrasse

    RépondreSupprimer
  20. Nous avions déjà croisé cet homme sur une page précédente et nous le rencontrons dans sa vie, simple qui est pourtant si riche.
    Ils font avec ce qu'ils ont et non avec ce qu'ils pourraient avoir.

    De la gravité, un peu aussi dans ce billet et j'aimerai pourtant tellement que vous trouviez des mots pour nous décrire Caterina et Domenico...

    Amitiés.
    Miss Lemon.

    RépondreSupprimer
  21. Une bien belle façon de nous parler des richesses cachées de cette île très vivante !

    RépondreSupprimer
  22. et les cannolli, juste là pour nous rappeler des souvenirs délicieux !! ceux qu'on mange hors de Sicile n'ont pas cette légèreté, cette douceur, cette... oserai-je... délicatesse au palais !!

    RépondreSupprimer
  23. Combien de gourmandises j'ai mangé cet été en Sicile ( de l'autre côté de l'île, à Catania)et pourtant ... je n'ai pas grossi.
    Merci de ce reportage qui montre ce qu'on n'est pas habitués à entendre dire de la Sicile qui travaille.

    RépondreSupprimer
  24. Bonsoir Françoise ! Quel beau compte-rendu de voyage et que d'images et de moments chaleureux que l'on est heureux de découvrir grâce à toi. (A part peut-être les pattes attachées des vaches... J'espère que le fil utilisé est assez souple pour ne pas les blesser).
    C'est une chance de parler l'italien et de pouvoir communiquer. Je n'en connais malheureusement pas un seul mot...
    J'ai beaucoup aimé ces pépites. merci de les avoir partagées avec nous.
    Gros bisous à toi.

    RépondreSupprimer
  25. Merci Françoise pour cette belle escapade et pour ces belles rencontres! Dommage pour le fromage... Encore une belle région de l'Italie à découvrir.
    Bonne semaine,
    à bientôt

    RépondreSupprimer
  26. Oh Aifelle moi aussi j'ai connu les gâteaux à la peau de lait.
    J'avais complètement oublié.
    Le quatre quarts à la peau de lait....
    Une vraie madeleine
    Merci de ce souvenir

    RépondreSupprimer
  27. Enitram il ne reste pas beaucoup de traces de l'époque normande dans l'est à cause du tremblement de terre de 1693.
    Pas de soucis pour d'éventuelles adresses
    Je ne peux te dire si le sicilien est très différent de l'italien.
    Je ne parle pas l'italien convenablement je le comprends assez bien,mais c'est tout.
    Ce fut un mélange d'anglais et d'italien
    Bonne journée

    RépondreSupprimer
  28. Maïa je fais partie de ceux et celles auxquels on a appris le respect du travail quel qu'il soit.
    On m'a inculqué qu'il n'y avait pas de sots métiers.
    Domenico ne gagne pas des milles et des cents ,mais il est libre,n'a de compte à rendre à personne.
    C'est un homme intelligent,de très bonne famille,de ceux que l'on pourrait qualifier de la race supérieure,de ceux que moi je qualifie d'éduqués (par opposition à ceux que je qualifie de simplement nourris!!),c'est un sage qui sait se satisfaire du bonheur quotidien de faire quelque chose qu'il aime.
    Il a baptisé cette propriété sa Conca d'oro
    Cela veut tout dire je pense
    je vous embrasse

    RépondreSupprimer
  29. Oui Miss c'est tout à fait cela ils font avec ce qu'ils ont.
    Bien sûr le démarrage a été facilité pour Domenico puisque cette propriété était dans sa famille,certes abandonnée mais elle était là.
    Au bout de dix ans,il en vit à sa manière.
    Il a su exploiter le sol,il puise à cent mètres toute l'eau qu'il veut à la cadence de dix litres à la seconde.
    Il a su trouver un moyen autre que son sol natal pour écouler ses produits.
    Ses citrons et son huile que je trouve à Paris.
    Il est d'une grande droiture se refuse à "court-circuiter"son revendeur en France.
    Son huile dont j'ai rapporté quelques litres à six euros le litre,je la paie vingt cinq euros à Paris....
    Ne pensez pas que je m'en tire par une pirouette mais Domenico et Caterina sont difficiles à décrire,ils s'offrent et se laissent côtoyer sans réserve lorsque vous correspondez à ce qu'ils aiment.
    Ils frappent à votre porte avec une assiette de spaghettis et repartent aussi vite qu'ils sont apparus.
    Avec des olives et de la mozzarella au moment de l'apéritif,un pot de confiture,du miel....
    Amitiés

    RépondreSupprimer
  30. Michelaise c'est une des raisons pour lesquelles nous ne voulons plus aller à l'hôtel.
    L'hôtel ne te permet pas de faire ce genre de rencontres.
    J'essaie de trouver chaque fois une chambre d'hôtes avec coin cuisine,un compromis entre appartement,gîte,et chambre d'hôtes.
    Les cannolli....
    J'ai vraiment beaucoup apprécié mais j'avoue ne pas beaucoup aimer lorsqu'ils rajoutent du chocolat

    RépondreSupprimer
  31. Bonjour Helena,merci de votre passage et bienvenue.
    Vous avez un bon tempérament ou bien est-ce moi qui ai un trop bon tempérament auquel tout profite!!
    J'ai également séjourné à Catane durant une semaine.
    Je ne parlerai pas de l'hébergement qui était pourtant dans une splendide propriété,mais qui n'avait pas d'âme,du moins leurs propriétaires...
    Je pense que les voyages hors saison lorsqu'on le peut apportent beaucoup plus,les gens sont beaucoup plus disponibles
    Bonne journée

    RépondreSupprimer
  32. Oxygène tu sais les vaches ont la peau dure!
    Elles ne semblaient pas traumatisées du tout.
    Par contre les coups de tête que donnaient le veau dans leurs mamelles....
    Avec Domenico nous avons beaucoup communiqué en anglais et un peu en italien
    On comprend beaucoup mieux l'anglais dans la bouche d'u sicilien!!!!!
    Je vous délivrerai je pense une ou deux autres pépites
    Bises

    RépondreSupprimer
  33. Anna Livia,je vous conseille une fois d'échanger un séjour vénitien contre un séjour sicilien.
    Vous ne le regretterez pas.
    Vous savez que j'aime Venise moi aussi mais je ne veux pas me scléroser et ne voir qu'à travers Venise.
    Il y a tant d'endroits magnifiques à découvrir et de moments merveilleux à partager.
    Je suis persuadée que jamais à Venise je ne trouverai un tel partage
    Je me trompe peut-être
    Bonne journée

    RépondreSupprimer
  34. Des clichés magnifiques, je suis FAN !!

    RépondreSupprimer
  35. Quelle belle histoire, tu m'as rappelé la traite des vaches, le lait que l'on allait chercher avec un petit bidon (j'en avais un plus petit pour enfant)... c'était hier, et c'est vrai que nos enfants ne connaissent pas ça!! Merci!!!

    RépondreSupprimer
  36. Merci pour ce très beau billet... Ah le lait tout frais du pis de la vache, comme c'est bon ! (oui je sais "faut pas", il n'est pas pasteurisé, mais c'est booon ! lol), il y a bien longtemps que je n'en ai gouté (quand j'étais petite, mes parents achetaient du lait dans une ferme lors de nos promenades. La première fois que j'ai gouté du lait ainsi, j'ai eu l'impression de recevoir en cadeau toute la douceur de la vache, (c'est doux une vache) et je n'oublierai jamais, ce moment, ni les caresses qu'elle m'a laissé lui donner. C'etait bon.

    Merci Françoise,

    Bisous

    Nath.

    RépondreSupprimer
  37. Merci Nedj,bienvenue ici.
    Surtout un grand merci pour votre enthousiasme,cela fait toujours plaisir.
    Vos pages que je suis allée voir sont bien belles aussi
    Vraiment
    Bravo

    RépondreSupprimer
  38. Véronique je constate qu'il y a une génération avec laquelle j'ai fait mouche!
    Nous sommes beaucoup a avoir la nostalgie de cette époque.
    J'ai une telle nostalgie du pot de lait que j'en ai un dans ma cuisine que j'ai converti en vase
    Je vais maintenant rêver d'en trouver un pour enfant
    Bises

    RépondreSupprimer
  39. Nathanaëlle toi aussi cela te rappelle de bons souvenirs....
    Même si en ce qui me concerne je ne suis pas une grande amatrice de lait,ces images et souvenirs sont pour moi d'une grande douceur.
    Oui c'est doux une vache
    Le regard bovin....
    Bises

    RépondreSupprimer
  40. Le grand avantage d'arriver "en retard" sur tes pages, est le plaisir à lire en plus du billet déjà bien riche et réjouissant, tes réponses aux commentaires qui sont come les notes d el'auteur dans un livre, un vrai plus , des miettes qui complètent le billet et tres impressions... Il n'est pas difficile d'imaginer à quel point tu t'es délectée de cette belle rencontre (Domenico et sa compagne) et ce que tu en dis (dans les commentaires) correspond si bien à ce que tu es toi aussi... Même si le retour dans la réalité quotidienne est rude, tu as emmagasiné là des pépites qui te seront précieuses dans l'avenir, merci de les partager avec nous...Tu dis être toujours entre là et là hésiter à continuer ces pages, je connais les mêmes hésitations, tant c'est chronophage, addictif et privatif de liberté par conséquence, c'est vrai qu'il suffit de peu parfois pour relancer l'envie, quelques mots échangés qui font naitre l'émotion, un vrai plaisir parfois...j'admire que toi si occupée tu arrives à tout gérer, ... plein de bises

    RépondreSupprimer
  41. Que de belles photos et un merveilleux séjour...Bon dimanche !

    RépondreSupprimer