jeudi 8 novembre 2012

Par quoi commencer?
Cela se bouscule encore tellement dans ma tête, toutes ces belles images,ces beaux souvenirs,ces bons moments

Alors je crois que je vais commencer par vous rapporter ce que j'aurais pu voir ailleurs,une exposition

 Je n'avais jamais eu l'occasion de voir une exposition aux  Scuderie del Quirinale.



Lors de notre séjour à Rome une exposition et non des moindres était à l'affiche 


Vermeer
 Maître incontesté  de la lumière hollandaise,mort à l'âge de 43 ans Vermeer peignit peu de tableaux  et de nos jours il en reste seulement 37.
Rome avec l'aide des National Gallery de Washington et Londres, le musée Thyssen-Bornemisza de Madrid, le Rijksmuseum d'Amsterdam et le Metropolitan de New York,présnte huit tableaux de Vermeer aux côtés de ses contemporains comme  Pieter de Hooch, Gerard ter Borch ou encore Gabriel Metsu.
Des scènes de la vie quotidienne ,des atmosphères paisibles ,des lueurs délicates où dominent le bleu et le jaune,des lumières diaphanes,diffuses, provenant de la fenêtre omniprésente dans les tableaux presque toujours de petit format destinés à la bourgeoisie de Delft la plupart du temps
Un travail délicat ,méticuleux,précis ,des couleurs chatoyantes .
Gombrich dit :" Avec Vermeer  ,la peinture de genre n'est plus anecdotique.On pourrait dire que ces tableaux sont des natures mortes comportant des figure humaines.Il est assez malaisé d'expliquer pourquoi ces images si simples  et si modestes comptent parmi les plus grands chefs-d'oeuvres de la peinture.Il est de fait qu'on a  devant ces tableaux la sensation de quelque chose de miraculeux.....Vermeer atteint à une précision extrême dans le rendu de la matière ,de la couleur et de la forme sans que son tableau n'ait rien de dur ni de laborieux"

Voici quelques un des tableaux que l'on peut voir lors de cette exposition

Jeune femme au verre de vin



                                                                                  La ruelle  

                                                               Sainte Praxède




Une dame debout au virginal, Johannes Vermeer (1670,1673)

                                                                     Une dame debout au virginal



                                                              La joueuse de  luth, Johannes Vermeer (1662/1663)
                                                                           
                                                                                                        La joueuese de luth 



La femme au chapeau rouge, Johannes Vermeer (1665/1667)
                                            
                         La femme au chapeau rouge   

 
                Une jeune femme assise au virginal

J'ai trouvé une très interessante analyse de ce tableau  en faisant quelques recherches .
Une exposition qui m'a enthousiasmée.
Je dois dire que les conditions de visite étaient exceptionnelles ,très peu de monde nous étions presque seuls devant les tableaux,une scénographie remarquable chaque tableau accroché sur un panneau de couleur contemporaine 


mate et douce dans le genre de Farrow et Ball ou Ressources.
Il y a seulement un petit détail qui m'a dérangée ,impossible de montrer du doigt le moindre détail et Dieu sait si chez Vermeer il y a matière,immédiatement une alarme se déclenche!
Si vous avez la chance que vos pas vous mènent à Rome dans les jours à venir ne vous privez pas ce cette très belle exposition 


En faisant une  recherche j'ai découvert ceci
Allez y jeter un oeil vous ne le regretterez pas

44 commentaires:

  1. C'est un de mes plus beaux souvenirs, l'expo Vermeer à La Haye, pratiquement tous ses tableaux
    Ne pas montrer du doits ?? ça je ne l'ai jamais vu nul part et ce doit être particulièrement frustrant avec un peintre maître du détail
    Rome à l'automne quelle chance

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Wouah pratiquement tous ses tableaux quelle chance!
      Ah je peux t'assurer que j'étais sacrément frustrée et j'ai déclenché l'alarme un certain nombre de fois car je n'ai pas tout de suite compris ce qui passait!!
      Tu sais que les premiers jours nous avions 31° et le dernier jour j'étais encore en tee-shirt
      Bonne soirée

      Supprimer
  2. Réponses
    1. Il ne faut pas désespérer
      Bises et bonne soirée

      Supprimer
  3. Veinarde! Pouvoir admirer huit tableaux de Vermeer regroupés dans un seul lieu est une chance. Je n'ai vu que les deux toiles du Louvre, l'astronome et la dentellière. C'était il y a longtemps et l'on pouvait montrer du doigt les détails sans s'attirer les foudres de l'électronique. Quel horreur ça doit quand même démanger non?
    Les couleurs choisies pour les panneaux mettent bien en valeur la magie de ce génie de la lumière et l'analyse où tu nous renvoies est vraiment passionnante.
    Tes deux montages sont très beaux.
    Merci Françoise.
    Je t'embrasse. Belle soirée

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Ma chance n'est rien comparée à celle de Dominique mais je ne vais pas me plaindre
      Vraiment pour ce genre de peinture c'est frustrant de ne pas pouvoir pointer son doigt et en plus il y a une ligne signalée au sol que tu ne dois pas dépasser et lorsque l'on commence à être gagné par la presbytie c'est un peu gênant.
      Oui j'ai beaucoup aimé cette analyse,du reste ce site est un de ceux que je consulte beaucoup en matière de musique
      Très bonne soirée
      Bises

      Supprimer
  4. Je me souviens aussi d'une exposition où même s'approcher d'un peu trop près pour lire le cartel déclenchait des biiiiiiiiiiippppps désagréables au possible! Il faut une vue de loin excellente, dommage, cela gâche un peu le plaisir. Mais ces Vermeer font rêver, quelle belle expo!

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Oui c'est tout à fait ce que j'explique à Marie Paule je trouve qu'ils pourraient penser un peu à ceux qui ont des problèmes de vue.
      C'était une exposition magnifique. Les deux dernières grandes expositions consacrées à Vermeer avaient été organisées au Prado de Madrid en 2003 et au Metropolitan de Tokyo en 2008.Croisons les doigts peut-être un jour viendra le tour de Paris

      Supprimer
    2. C'est à Mireille que j'explique!!!!

      Supprimer
  5. Effectivement une trè belle présentation que ton montage restitue bien pour nous qui n'avons pu voir ces tableaux "en vrai". Quant au bip, quelle invention désagréable... J'imagine une visite de classe et tous les gamins qui font exprès de pointer leur doigt vers les détails!
    Je t'embrasse Françoise et attends avec joie la suite de ton voyage italien.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Je ris car j'avais lu sur Le Point "Une occasion d'examiner de près le travail délicat du maître de la lumière hollandaise"
      Ce n'était pas tout à fait le cas!
      Ah oui j'imagine bien une classe de bambins
      Du reste il y avait un petit garçon avec sa maman un dénommé Arthur il n'arrêtait pas de déclencher l'alarme!
      La suite....je ne sais toujours pas par quoi commencer!
      Je t'embrasse
      Bonne soirée

      Supprimer
  6. Je comprends parfaitement que tu commences par cette exposition, même si tu en vois toujours de très belles à Paris. Vermeer le maître de la lumière et surtout de la couleur, de la perspective.
    Quel dommage de ne pas pouvoir s'approcher pour contempler sa maîtrise technique qui donne cette profondeur et cette précision parfaite à ses intérieurs (je crois qu'il utilisait une chambre obscure)
    Je suis subjuguée par ses bleus.
    Merci à toi pour le partage
    Je t'embrasse
    Danielle

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. J'ai voulu commencer par quelle chose de neutre
      C'était plus simple.
      Paul Claudel écrivait «qu'il est quelqu'un que je ne dirai pas de plus grand car la grandeur n'a rien à faire ici, mais de plus parfait, de plus rare et de plus exquis.»

      Concernant l'utilisation d'une chambre obscure tu as tout à fait raison voici ce que j'ai trouvé sur internet sur http://users.skynet.be
      "Le souci de Vermeer d’atteindre à l’harmonie et à l’équilibre des lois naturelles explique l’usage de la chambre noire (camera oscura), qui fonctionne sur la base du principe selon lequel des faisceaux de lumière convergents projettent, soit directement soit par réflexion, l’image de la source d’où ils proviennent. C’était souvent une simple chambre obscurcie où n’était admis qu’un seul point lumineux. L’image créée était alors mise au point, éventuellement par le biais d’une lentille convexe, sur une surface située en face de la source lumineuse. Vers1650, il existait des chambres noires portatives équipées de lentilles et de tubes de réglage pour la mise au point des images et des objets à des distances variables. La chambre noire offrait une vaste gamme de nouveaux moyens d’expression aux artistes de l’époque, en délimitant le cadre de leur vision et en introduisant des effets optiques invisibles à l’oeil nu, comme le halo des reflets produits par une forte lumière sur une surface brillante par exemple.

      L’intérêt que Vermeer portait à la chambre noire et le rôle qu’elle a joué dans ses oeuvres, demeure un sujet complexe. Etant donné qu’elle ne laisse aucune trace physique de son utilisation, la seule façon de dire avec certitude que Vermeer en faisait usage est de constater dans ses œuvres des caractéristiques optiques comparables, ce qui est bien le cas dans la « Vue de Delft », " La jeune fille au chapeau rouge ", « L’art de la peinture » et « La dentellière ». Il a vraisemblablement utilisé ce moyen comme aide à la composition dans d’autres peintures également. La cohérence avec laquelle il modifiait les effets optiques de ses sujets nous porte à croire qu’il ne dessinait pas l’image de la chambre noire. Toutefois, nombre de questions demeurent sans réponse : les caractéristiques optiques de la chambre noire ont-elles renforcé les propres tendances stylistiques de l’artiste ou l’ont-elles engagé dans de nouvelles directions ? Vermeer a-t-il réagi différemment à ce système à divers moments de sa carrière ? Quoi qu’il en soit, il importe avant tout de se rendre compte que l’intérêt de Vermeer portait autant sur l’aspect philosophique du système que sur son application artistique.

      La chambre noire lui révélait des effets optiques de lumière et de couleur, tout en lui procurant, en complément de la science de la perspective, le moyen d’exprimer les concepts fondamentaux indispensables à sa création artistique. De toute évidence, les oeuvres de Vermeer confirment le soin avec lequel l’artiste réalisait ses compositions. Tout comme les tenants du classicisme, il épurait et idéalisait ce qu’il percevait du monde visible, créant des images qui suggèrent les vérités éternelles des désirs et des émotions de l’homme. Bien que l’on ne connaisse pas parfaitement les principes qui le guidaient, ni même ses méthodes de travail, le spectateur ressent intensément que l’oeuvre de Vermeer s’inspire d’une approche philosophique. Son classicisme apparaît sous sa forme la plus pure dans l’élégance et l’éternelle beauté de « La jeune fille à la perle », dans ses quelques portraits, comme le « Portrait d’une jeune femme » dont les traits sont tout aussi délicatement diffus, et dans « Une dame écrivant ».

      Je t'embrasse
      Bonne soirée


      Supprimer
    2. Merci à toi pour tout ce développement très intéressant et passionnant.
      C'est vrai que certaines oeuvres font penser à l'usage de la chambre obscure, le premier plan étant flou, le centre d'intérêt se porte sur des détails très fins, comme l'aiguille et le fil de la dentellière par exemple.
      Peu de ses tableaux sont datés, dans un très vieux livre de la bibliothèque, j'ai lu que le visage de la jeune femme au chapeau rouge était peint sur celui d'un homme et la provenance de la toile était inconnue...
      Canaletto utilisait aussi une camera oscura...
      Je t'embrasse et bon week-end
      Danielle

      Supprimer
  7. Merci, j'adore les peintures de Vermeer, et cette "ruelle" me rappelle tant les vieux quartiers de tant de villes belges, flamandes.
    Bonne soirée à toi.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Ne trouves-tu pas que la subtilité des compositions, l'exactitude des détails réalistes, la multiplicité des perspectives et le calme lumineux des intérieurs se conjuguent pour faire de ses tableaux, selon l'heureuse expression de Pierre Descargues, des «pièges à rêveries»?
      Bonne soirée

      Supprimer
  8. Bonsoir,
    ah Vermeer, dans mon coeur je regrette un peu que je ne suis pas néerlandais ou flamand. Dans les années 80 j'étais souvent dans le musée des beaux-arts à Antwerpen en Belgique. Là vous pouvez voir Rubens et von der Weyden et van Eyck et d'autres peintres excellents. Aussi comme Rubens je crois que les peintres neerlandais / flamands ont plus déterminés la peinture que les peintres francais dans le 17éme siècle. Je vous envie un peu que vous avez vus cet exposition.

    Salut d'Allemagne
    Dieter

    p.S.: j'ai changé mon nom de blog de "dieter759" à "rheinland-blogger" parce que je conte des histoires et je montre des photos sur le pays du Rhin entre Bonn et Cologne; le samedi et le dimanche je montre surtout des photos (vous pouvez voir quelque chose de notre region sans comprendre le texte)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Dieter je comprends vos regrets il est vrai que Vermeer et ses contemporains ont fait la réputation des Provinces Unies
      Et je partage votre point de vue les peintres flamands du 17è ont davantage marqué le monde de la peinture que bien d'autres

      Le lien suivant devrait vous intéresser
      http://agora.qc.ca/documents/rembrandt_van_rijn--rembrandt_et_vermeer_par_theophile_thore

      Je suis allée vous rendre visite en effet je peux vous suivre même si je ne comprends pas
      Très bonne soirée

      Supprimer
  9. Très peu de monde ? c'est ahurissant, quand on pense à la cohue à la moindre expo à Paris. C'est une chance de s'être trouvée à Rome au bon moment pour la voir (et en prime un ciel bleu qui fait très envie).

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Justement je me demande comment cela se serait passé à Paris?
      Ou bien ai-je eu beaucoup de chance suis-je arrivée au bon moment
      je n'ai pas fait la queue un instant et vraiment les conditions était exceptionnelles .
      Nous y sommes restés plus de deux heures lorsque nous avons voulu repartir il tombait des trombes d'eau alors nous y sommes retournés et c'était toujours aussi calme
      Oui une chance comme l'on dit au bon endroit au bon moment
      Bonne soirée

      Supprimer
  10. la scénographie est tout à fait séduisante et ces couleurs doivent par contraste faire ressortir celles des tableaux ...Moi qui ne connais pas grand-chose à la peinture, j'aime Vermeer...cette expo un des temps forts de ton voyage restera sans doute comme repère dans le temps et l'espace pour l'ensemble de tes souvenirs...passe une douce journée...

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Oui C'est tout à fait cela.Les couleurs choisies bien qu'actuelles font surtout ressortir les tableaux .
      Moi aussi j'aime beaucoup Vermeer c'est tableaux sont reposants peut-être est-ce dû au fait qu'ils représentent tout simplement des scènes de la vie quotidienne.
      Le Gentilhomme a lui aussi beaucoup apprécié comme il est doté d'une faculté d'analyse et de synthèse fulgurantes et impressionnantes il me faisait remarquer immédiatement certaines choses ,tu sais que c'est un excellent guide pictural?
      Dommage qu'il accepte rarement de venir voir une expo avec moi,on ne peut pas tout faire battre les fairways et les salles d'expo
      Il est parti pour quarante huit heures battre les fairways je n'ai pas pu y aller à cause de mes contraintes hebdomadaires du samedi que tu connais je vais me consoler en allant voir ce que Philippe Starck a fait du Meurice pour un tea time
      Je te raconterai
      Bonne journée Bises

      Supprimer
  11. Vous devinez ma question : même si vous ne le mentionnez pas, avez-vous vu le petit pan de mur jaune?

    Je crois que cette exposition est assez exceptionnelle, car j'avais lu, je ne sais plus trop à la faveur de quelle visite, à Amsterdam il me semble, que les toiles de Vermeer quittaient rarement leurs cimaises, le coût des assurances étant faramineux, et ce coût doit être déboursé par les musées qui accueillent les toiles d'où le fait que les conservateurs doivent y penser à deux fois.

    En terminant, avec-vous déjà lu Guarnieri? Alors que je lui parlais du Alice Dekker que je vous ai mentionné l'autre jour, une amie m'a mentionné dont il est l'auteur. Je viens de regarder un peu sur le Web, mais l'on ne dit pas grand'chose sur cet auteur qui aura cinquante ans cette année...

    Vous me direz

    Bonne fin de semaine

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Voir Vermeer et mourir

      "Enfin il fut devant le Vermeer, qu'il se rappelait plus éclatant, plus différent de tout ce qu'il connaissait, mais où, grâce à l'article du critique, il remarqua pour la première fois des petits personnages en bleu, que le sable était rose, et enfin la précieuse matière du tout petit pan de mur jaune. Ses étourdissements augmentaient; il attachait son regard, comme un enfant à un papillon jaune qu'il veut saisir, au précieux petit pan de mur. "C'est ainsi que j'aurais dû écrire, disait-il. Mes derniers livres sont trop secs, il aurait fallu passer plusieurs couches de couleur, rendre ma phrase en elle-même précieuse, comme ce petit pan de mur jaune." Cependant la gravité de ses étourdissements ne lui échappait pas. Dans une céleste balance lui apparaissait, chargeant l'un des plateaux, sa propre vie, tandis que l'autre contenait le petit pan de mur si bien peint en jaune. Il sentait qu'il avait imprudemment donné la première pour le second. "Je ne voudrais pourtant pas, se dit-il, être pour les journaux du soir le fait divers de cette exposition".

      Il se répétait: "Petit pan de mur jaune avec un auvent, petit pan de mur jaune." Cependant il s'abattit sur un canapé circulaire; aussi brusquement il cessa de penser que sa vie était en jeu et, revenant à l'optimisme, se dit: "C'est une simple indigestion que m'ont donnée ces pommes de terre pas assez cuites, ce n'est rien." Un nouveau coup l'abattit, il roula du canapé par terre, où accoururent tous les visiteurs et gardiens. Il était mort."

      Non je n'ai pas vu le petit pas de mur jaune
      Dommage
      L'ensemble des tableaux exposés à Rome est assuré à hauteur de 650 millions d'euros!!
      S'agit-il de Luigi Guarnieri?
      J'ai lu de lui Une étrange histoire d'amour et aussi La double vie de Vermeer
      En France il est édité par Actes Sud

      Supprimer
  12. Je ne sais pas pourquoi : ma tentative de mettre le titre du livre en italique a conduit à l'absence de ce titre dans mon message : après «mentionné», il faudrait donc lire La double vie de Vermeer... en italique!

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. je n'avais pas lu la suite!!!
      Vous avez donc ma réponse
      Bonne soirée

      Supprimer
    2. Oui, bon... je veux bien voir le petit pan de mur jaune... quant à mourir...mon testament biologique indique de m'achever lorsque je ne serai plus en mesure de lire. Sinon...

      C'était bien ce Guarnieri?

      Bonne nuit

      Supprimer
    3. Oui j'avais bien aimé demandez son avis à Michelaise à qui il me semble bien que je l'avais parvenir aussi lors de sa sortie
      Bonne journée

      Supprimer
  13. Voila ce que c'est que d'avoir le bras long !!!!
    Comme c'est agréable de pouvoir visiter une expo sans la foule, nous avons aussi eu cette chance à Venise pour Guardi et à ma grande surprise à L'Académie quasiment déserte.
    Vivement la suite de ton périple

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Le bras long!!!
      Non mais pour une fois de la chance!
      Une visite dans ses conditions c'est un luxe,un plaisir incommensurable ,de plus elle est ce que j'appelle à échelle humaine c'est à dire qu'il n'y a pas trop de tableaux,nous en aurions même souhaité d'autres!
      De ce fait nous l'avons vue deux fois si l'heure de la fermeture n'approchait pas je crois même que nous aurions mis en application jamais deux sans trois
      La suite je suis perplexe car je ne sais pas comment je vais faire passer l'émotion ressentie comme à Pompéi par exemple où là aussi nous étions presque seuls
      Cette saison est vraiment fabuleuse pour les visites certes les journées sont plus courtes mais quel confort de visites
      Bonne journée

      Supprimer
  14. woooow La chaaance ! Quelle merveille cette expo ! VerMer, on ne se lasse jamais de le regarder, de l'admirer, de le décortiquer, de le re-regarder... Merci Françoise pour ces petits bouts...:)

    Bisous

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Si tu savais comme j'ai pensé à toi ainsi qu'à Tillia durant cette visite
      De celles pour lesquelles vous auriez succombé
      Bises et bonne journée
      Je ne suis pas encore passée chez toi du mal à rattraper mon retard j'espère que tu ne m'en veux pas

      Supprimer
    2. Merci Françoise d'avoir pensé à nous ! Oui, une expo comme celle-ci,on entre à 14H on en ressort à 18 ! lol
      Ne t'inquiètes pas, prend ton temps, ces billets-là ne s'envolent pas lol
      Bisous et belle semaine Françoise,

      Supprimer
  15. Bonsoir Françoise. Après avoir lu ton article et découvert les photos qui montrent vraiment une très belle exposition des toiles de Vermeer, j'ai suivi le lien que tu as donné. J'ai lu le début de l'article, fort bien écrit, mais il faudra que j'y retourne car c'est très long, très intéressant et on ne peut survoler de telles pages.
    Depuis que j'ai lu ton article et quelques lignes du blog de Alain je crois, je repense à "La dentellière" dont une reproduction ornait le dessus du tableau noir dans la petite école de mon village, là où j'ai appris à lire...
    Bises à toi Françoise et bon week-end

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Oui c'est cela le blog d'Alain que je ne connaissais pas une très belle découverte ,j'ai vu du reste que Tillia était sur le bandeau droit de ce blog je ne suis pas surprise,pour ce qui est de la peinture Tillia....
      Je crois que La Dentelière et La Laitière ont bercé notre enfance
      Si tu savais que cela me révulse que La Laitière soit assimilé à une marque de yaourts et que de plus la majorité des gens ne connaissent même pas l'origine de "l'illustration" de la marque
      Donner de la confiture à des cochons
      Très douce journée à toi savoyarde je pense
      Je t'embrasse

      Supprimer
  16. Les expositions des Scuderie sont toujours admirablement construites et mises en scène en effet. Et valent, à elles seules, le voyage... d'autant que Rome a toujours plus d'un tour dans son sac pour faire le bonheur des visiteurs !
    J'étais, quant à moi, partie avec le petit livre de Michel Taylor, "les mensonges de Vermeer" que, bien sûr, je n'ai pas eu le temps de lire en entier, il valait mieux courir les rues sous le soleil !! Mais je me promets de le terminer bien vite, une excellente façon de revivre cette exposition passionnante en tous points ! POur Marie Josée, le petit pan de mur jaune est au Mauritshuis... où l'on admire aussi la jeune fille à la perle. Un musée fort tranquille aussi et qui pourtant mérite largement le détour !!! D'ailleurs, La Haye est une ville fort agréable dont je garde deux souvenirs, celui de Vermeer, bien sûr mais aussi, aussi jaune et terriblement savoureux, l'advocaat ! une liqueur onctueuse composée de sucre, de jaunes d'oeufs et d'alcool qui accompagne avec esprit une gaufre saupoudrée de sucre, avec, pourquoi pas, une boule de glace vanille !!!

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Aller à Rome uniquement pour cette exposition ce n'est pas encore dans mes réflexes ,tant de choses à découvrir ailleurs ,il se trouve que là nous y étions et nous avons aussi pu voir l'expo Doisneau ,nous ne sommes pas allées voir Klee ni Klimt il faisait trop beau 31° lorsque nous y étions
      Dommage les concerts du festival de guitare ne correspondaient pas à nos dates.
      J'ai beaucoup aimé l'essai de Taylor il est bien question comme il le dit de poésie silencieuse, de bonheur pacifique ,qui ne régnait pourtant pas à l'époque de Vermeer.C'est une captivante interprétation.
      Quand on pense que Vermeer était tombé dans l'oubli pendant deux siècles...
      Je te conseille aussi le Vermeer de Sylvie Germain,c'est amusant de mettre en miroir ces écrits
      Bonne journée et bon retour

      Supprimer
    2. Nous ne sommes pas allés cela va mieux
      C'est drôle j'ai le réflexe Londres pour une expo mais pas Rome
      Je crois qu'Eurostar me donne l'impression d'aller tout simplement à Lyon pour la journée

      Supprimer
  17. Merci de nous faire profiter de ta visite. Le lien est effectivement très intéressant aussi. De quoi approfondir ses connaissances.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Je suis toujours en retard
      La photo de la semaine va arriver!
      Oui ces liens sont intéressants voire passionnants
      Bonne journée

      Supprimer
  18. Joindre l'utile à l'agréable,
    Tout en visitant villes et musées
    Voilà un programme chargé...
    Et une montagne de photos à trier
    Une façon de revivre une nouvelle fois
    Tous les bons moments passés là-bas !

    C'est bien parti !

    Biseeeeeeeeeeeees de Christineeeeeeeeeeeeeeeee

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Ah ma chère Romme et Vermeer vous inspirent...
      Chaque fois je suis aussi saisie de ce talent que tu as et que je t'envie
      Oh oui les photos une belle montagne mais sans me la péter pas trop de déchets
      Bisessssssssssss
      PS au fait comment va ton dos?

      Supprimer
  19. Et moi j'arrive aussi en retard (encore des problèmes de tablette, quand j'ouvre ton blog, deux secondes après il disparaît ???), et trouve sur ton billet une superbe mise en bouche de ton séjour italien, avec Vermeer comme guide !
    Je me contenterai de ton beau billet et d'internet pour visiter cette belle exposition ! Merci !
    Beau dimanche !
    Bises ensoleillées

    RépondreSupprimer