samedi 20 août 2011

HOMMAGE

Voila je suis rentrée il y a peu  sur la pointe des pieds.
C'est aussi sur la pointe des pieds que je reviendrai sur les blogs peu à peu c'est la règle du jeu qui m'est imposée.
Lorsque je suis arrivée m'attendait un message d'une de mes amies avec laquelle je suis souvent allée à Venise, qui m'est très chère,  de ces amies comme elle me le disait un jour "avec lesquelles on a partagé des moments douloureux tissant des liens indestructibles qui gomment d'éventuelles anicroches" .
Elle m'annonçait la disparition de Michel Mohrt durant mon absence.
J'ai eu la joie de le rencontrer lors d'un vernissage dans une galerie Place Dauphine, c'était en juin ou juillet 2006 peu de temps après un séjour vénitien justement.
Alors je me souviens , c'est exactement ce qu'elle m'écrit


" Je le revois avec sa belle allure de major de l'Armée des Indes, toujours tiré à quatre épingles, le plus britannique des bretons. C'est un peu de notre civilisation qui meurt avec lui, cette génération d'hommes cultivés, d'une extrême courtoisie( je le revois en train d'essayer de se lever pour me saluer, la dernière fois que je l'ai vu, alors que l'arthrose lui interdisait tout mouvement, mais on se lève quand une dame vient vous saluer....."

Je n'oublierai pas de si tôt ce moment  hors du temps   auprès de ce monsieur ,qui me rappelait un peu de la France d'avant, un peu de  mon beau-père que j'aimais tant.
Il m'avait dédicacé un de ses livres  de sa grande et belle écriture penchée comme le dit François de Crécy dans le très bel" Adieu" qu'il vient de lui rendre et que j'ai eu la chance de recevoir.


Ce livre que j'ai réouvert et que je relis






Aussi je pense qu'ouvrir certains tiroirs vénitiens s'impose.
C'était mon dernier dimanche à Venise en juin dernier
















Je ne me permets pas de diffuser le très bel hommage que François de Crécy lui a rendu,peut-être me donnera -t-il l'autorisation de le faire parvenir à ceux qui me le demanderait.
Il conclut par les phrases de Jean d'Ormesson le 27 février 1986 

 « Avec vous, Monsieur, on est soldat militaire, marin breton, catholique de tradition »,

 lors de l'entrée à l'Académie Française en 1986 de Michel Mohrt qui  occupait le fauteuil 33.

 Intervention de Jean d'Ormesson que vous pouvez lire  ici 

32 commentaires:

  1. Un message pour un signal d'un retour. Oh bien sur nous comprenons qu'il doit se faire en douceur, prendre le temps, pour que ce ne soit pas lui qui s'impose à nous. Bon courage Françoise et j'espère que vos lectures vous apporterons la douceur, la quiétude, nécessaires à ces moments là. Permettez moi de vous embrasser.

    RépondreSupprimer
  2. Oui écrire sur Venise, quelle audace et pourtant !! Parler de Venise, montrer Venise, quelle hardiesse... mais tu le fais si bien Aloïs qu'on en redemande. Bel hommage au "fauteuil 33", et tristesse de voir partir peu à peu tous ces messieurs délicieux que le siècle d'avant nous offrait encore !!

    RépondreSupprimer
  3. Je respecte votre discrétion, mais j'espère que les contraintes qui vous sont imposées ne seront que de courte durée.

    RépondreSupprimer
  4. Un bel hommage avec des photos fantastiques !

    RépondreSupprimer
  5. Comme tu as su nous faire participer à cette chance que tu as eu de connaître cet écrivain et dont tu nous parles si bien, que je chercherai bien sûr, un de ses livres, je ne le connaissais pas.
    Merci Aloïs

    RépondreSupprimer
  6. Bon retour à la maison et bon rétablissement. Merci pour ce bel hommage. Tu me donnes envie de le lire.

    RépondreSupprimer
  7. Heureuse de te savoir à nouveau aux commandes du clavier
    Joli hommage, comme toi j'ai ce livre dans ma bibliothèque et comme je suis en pleine réorganisation des mes bibliothèques je l'ai mis de côté pour le feuilleter à nouveau avec plaisir.
    Il est un des indispensables de toute bibliothèque vénitienne
    Courage et prudence à toi

    RépondreSupprimer
  8. Rimane sempre molta tristezza quando se ne va una persona che si conosce o che si ammira. Ma Morth sarà sempre presente attraverso le sue opere.
    Riprendi pure tranquillamente i tuoi amici hanno pazienza e ti aspetteranno con calma. Buona serata.

    RépondreSupprimer
  9. Françoise le retour prend ses marques peu à peu.
    Pour le moment il s'impose bien à moi!!
    Il n'est pas très coopératif!
    J'ai découvert les lectures audio ce qui est fort agréable
    Bonne fin de journée
    Je vous embrasse

    RépondreSupprimer
  10. Michelaise je n'ai pas eu peur du ridicule j'ai osé parler de Venise et le montrer,ce qui finalement est d'un commun....
    Oui hélas je crains qu'il ne reste plus beaucoup de ces messieurs du siècle d'avant de la France d'avant.
    Qui sait nos petites filles parleront peut-être ainsi de nos maris???

    RépondreSupprimer
  11. Merci Marie Josée ,je pense que pendant un moment je vais devoir composer,mettre entre parenthèse certaines choses ,durant une année je pense.
    Une année ce n'est rien dans la vie finalement

    RépondreSupprimer
  12. Tu es bien indulgente Enitram j'ai fait cela un peu vite mais je voulais mettre des photos prises un dimanche

    RépondreSupprimer
  13. Alba les avis sont partagés ,mais je crois que je te conseillerais La prison maritime grand prix du roman de l'Académie Française.
    Oui une grande chance de connaitre ce monsieur hors du temps en des lieux hors du temps

    RépondreSupprimer
  14. Merci Amartia.
    Lis Les dimanches à Venise c'est facile et croque bien le genre

    RépondreSupprimer
  15. Dominique il me tarde que toi tu sois de nouveau au clavier.
    Je suis de ton avis ce livre doit figurer dans toutes les bibliothèques vénitiennes,bien que j'aie relevé des fautes dans mon édition!!!
    Je vais essayer de suivre tes conseils

    RépondreSupprimer
  16. Oui Elio il nous restera ses oeuvres qui continueront à le faire vivre.
    La patience n'étant pas ce qui m'anime le plus je vais devoir faire un effort.
    Bonne soirée

    RépondreSupprimer
  17. Maintenant, je dois ajouter Venise à la liste de mes rêves. Ou au contraire peut-être vaut-il mieux ne jamais la connaître. La photo du gondolier est incroyable: juste une touche de rouge, elle est parfaite!
    Bisous

    RépondreSupprimer
  18. Les extraits que tu présentes me donnes une grande envie de lire cet auteur que je ne connais pas du tout qui avait l'air d'être quelqu'un de délicieux, car forcément certaines qualités que je dirais surannées rendent ceux qui les possèdent, délicieux!
    quel plaisir de voir tes photos et de me remémorer les moments partagés, le gondolier reste hélas rattaché à notre plus mauvais repas vénitien , mais le soleil couchant sur le canal était un moment délicieusement agréable !

    RépondreSupprimer
  19. pfff ! me donneNT envie ... tu auras rectifié, quelle étourdie!

    RépondreSupprimer
  20. Bel hommage et belles photos, comme ton gondolier est romatique assis avec nonchalance sur le rebord du pont !bisous

    RépondreSupprimer
  21. Je connaissais très mal ce Monsieur, je note le livre dont tu nous parles. Bon retour en douceur, çà fait plaisir de te retrouver. Je ne sais pas si le cinéma fait partie de tes possibles, j'ai été déçue par "impardonnables". A part Venise et les deux interprètes principaux bof .. bof ..

    RépondreSupprimer
  22. Des instants privilégiés dans ces rencontres qui marquent l'air du temps. Des êtres d'élégance qui nous quittent, des humanistes comme j'aime les nommer... Cela tendrait-il à disparaitre?
    Douceurs espérées pour cette nouvelle semaine.
    MArtine de Sclos

    RépondreSupprimer
  23. Véronique je ne sais que te dire.
    Cela dépend des personnes il est de ceux qui comme moi aime ces lieux mais n'en font pas une fixation car il est d'autres endroits magnifiques à découvrir,ceux qui sont atteints de ce que j'appelle le "délire vénitien" et ne vivent qu'à travers cette ville et ne découvrent pas grand chose d'autre et puis ceux qui comme mon mari y sont allés une fois et déclarent passer à autre chose!!!
    Merci pour le gondolier!

    RépondreSupprimer
  24. Catherine je pense que ce livret te plaira tu te baladeras de nouveau dans Venise à travers les mots de Michel Mohrt.
    Oh ce déjeuner quelle horreur je crois que je l'ai encore sur l'estomac!!
    Quand je pense à nos repas sur notre campiello simplissimes mais délicieux!!
    Le coucher de soleil le dernier de notre séjour nous avons été gâtées

    RépondreSupprimer
  25. Oui Danielle très nonchalant c'est ce qui m'a interpellée .
    Merci
    Bises

    RépondreSupprimer
  26. Aifelle cela se lit très facilement c'est plus un carnet qu'autre chose,le temps d'une soirée.
    Pour le moment le cinéma cela ne pourrait être que dans ma campagne et encore ,nous n'avons qu'un complexe comme je les hais à quelques kilomètres,je ne vais donc pas m'infliger les mangeurs de pop corn pour aller voir un navet,je n'ai lu que de mauvaises critiques.
    Je m'en doutais je me méfie des films qui sortent mi-août!!
    Merci Aifelle de tes mots

    RépondreSupprimer
  27. Martine vous avez très bien résumé mes pensées.
    Des êtres d'élégance c'est tout à fait cela.
    Ce matin il fait un peu plus frais mais hier c'était horrible je n'ai pas mis le nez dehors
    Bonne journée à vous

    RépondreSupprimer
  28. Impossible de résister, j'ai commandé le livre... arrivée prévue mercredi juste à temps pour la salle d'attente de jeudi !

    RépondreSupprimer
  29. Robert cela devrait te divertir
    J'ai goûté tes tuiles un délice!!

    RépondreSupprimer
  30. Cela dépend des personnes il est de ceux qui comme moi aime ces lieux mais n'en font pas une fixation peu plus frais mais hier c'était horrible je n'ai pas mis le nez dehors
    Bonne journée à vous...

    RépondreSupprimer